Histoire de l’ACT

Histoire de l’ACT

Avec l’appui de l’Agence internationale suédoise de développement (AISD), l’Association pour la coopération en Tunisie (ACT) a été enregistrée en Suède en 1982 et par la suite auprès du ministère de l’intérieur à Tunis (visa No. 27, du 15 janvier 1988). L’ACT continue à fonctionner aux termes de l’accord intergouvernemental entre la Tunisie et la Suède de 1973. Bien qu’une partie du financement vienne de l’AISD, la plupart vient d’autres sources.

 Projets:

Conformément aux termes d’un accord avec le Ministère de l’éducation, le premier projet a commencé en1983 en partenariat avec l’Union nationale de la femme tunisienne (UNFT). Ce projet consistait à établir un atelier de formation professionnelle qui enseigne aux jeunes femmes à fabriquer des jouets en bois. Il a été associé à une école maternelle et à un centre de formation pour enseignants en maternelle.

En 1986, un sondage sur les besoins de santé dans la région de Sidi Bouzid a conduit au développement d’un programme de formation pour animatrices de santé, aux termes d’un accord avec le Ministère de la santé et en partenariat avec l’ONPF. Le travail de santé primaire a été étendu à Kasserine et à Gabès et a pris fin en 2001. Plus récemment, l’ACT a été impliquée dans la promotion du développement des soins palliatifs.

Le travail dans le secteur des besoins particuliers a été couvert par un accord avec le Ministère des affaires sociales et a commencé en 1991 avec un accord avec l’APAHT et une maternelle intégrée, à Sidi Bouzid. Notre collaboration avec l’UTAIM a débuté en 1993 à Sfax et s’est prolongée au fil des ans au Sud et au Nord-Ouest. Il a inclus un examen de la politique nationale pour la formation des éducateurs spécialisés à l’IPH, à Tunis, la production d’un manuel de formation et d’un programme de formation régulière pour les éducateurs spécialisés. L’ACT a favorisé un programme d’intégration scolaire à Gabès (2004-2010) et des projets, à Sidi Bouzid et Gabès (2002-2010), sur l’intégration des adultes ayant des besoins particuliers sur leur lieu de travail.

Le travail en développement rural a commencé dans la région de Sidi Bouzid en 1998 par une évaluation des besoins de la communauté de Jelma (à l’aide de la technique d’évaluation participative rapide). Par des accords avec le CRDA, le travail a inclus un travail collaboratif sur des lacs de colline, le soutient de petites initiatives en apiculture, l’amélioration de l’efficacité des fours à pains tabouna, le micro-crédit et la petite production animale. L’ACT a fonctionné en partenariat avec un groupe local AID (1998-2008). Depuis 2005, les efforts se sont concentrés sur l’amélioration de petites sources d’eau dans la région d’Ain Jaffel, la plantation d’arbres, et le renforcement des mesures contre l’érosion du sol, en particulier la culture de luzerne.

Le travail de l’ACT avec les groupes vulnérables a commencé en 2001 par un partenariat avec Enfance Espoir (Gabès) et Voix de l’Enfant (Kairouan) pour la formation de personnel travaillant avec les bébés nés de mères célibataires. Celui-ci s’est élargi avec un travail avec l’INPE à Tunis, Sidi Thabet à Essanad, le CDIS à Gabès, une formation à l’allaitement avec l’UNICEF, et un projet de couches à Douz. Suite à un accord avec le Ministère des femmes, de la famille, des enfants et des personnes âgées (MAFFEPA), un travail avec une maison de retraite (Dar Mousenine) et un foyer pour enfants à El Kef a été entrepris. Le travail dans ce secteur a eu comme résultat la publication d’un guide sur le développement d’enfant, avec l’INPE, et une collaboration à la publication d’un guide pour les animatrices de santé avec l’AAGHD.

 Personnel de l’ACT:

Les professionnels de l’ACT sont tous bénévoles. Émanant principalement d’Europe, ils viennent plus récemment aussi d’Amérique du Nord et du Sud, d’Afrique, d’Asie et d’Océanie. Le travail de l’ACT a changé pendant cette période d’une prestation de service au développement de capacité et au développement transformationnel, où les membres du personnel ont davantage un rôle de mentors et formateurs.